Surtourisme : qu’est-ce que c’est et quel impact a-t-il ?

Certaines destinations touristiques sont victimes de leur propre succès. L’afflux de touristes devient alors trop excessif. Dans ces cas-là, on parle de surtourisme. Dubrovnik, Hébrides, Venise ou encore l’île de Pâques, sont constamment submergés par un flot incessant de visiteurs. Ce phénomène n’est pas sans conséquence sur les sites sur visités. Aussi bien sur les populations, les infrastructures que l’environnement, le tourisme de masse a un impact assez négatif.

L’impact sur les populations et les villes visitées

Encouragés par ses retombées économiques, les politiques ont durant de nombreuses années travaillé au développement du tourisme. Il permet d’engranger d’énormes capitaux étrangers et aide à développer l’économie par la création d’emplois et le développement des infrastructures. Toutefois, le succès de ces politiques a très tôt montré les limites du tourisme par son impact qui peut parfois s’avérer désastreux.

L’impact sur les populations

Imaginez une ville qui reçoit un flot de visiteurs étrangers pouvant aller jusqu’au double de sa population habituelle. Cet état de choses devient très perturbant sur plusieurs aspects de la vie quotidienne.

C’est ainsi que le surtourisme impacte négativement la vie des populations locales par la perte de leur identité et met à mal leur style de vie et la structure sociale. Celles-ci se retrouvent englouties par une masse de touristes qui ne s’adaptent pas forcément au mode de vie local. Aussi, les phénomènes comme la prostitution prennent de l’ampleur et les cas d’incivisme de certains touristes sont légion.

De même, le surtourisme crée une surconsommation et les prix flambent. En effet, les touristes sont réputés pour acheter plus cher. Les prix des denrées de premières nécessité ne sont alors plus à la portée des couches les plus défavorisées ce qui augmente la paupérisation. L’immobilier prend excessivement de la valeur, contraignant une grande couche de la population à émigrer.

L’impact sur les villes

La pression sur les infrastructures conçues à l’origine en fonction du nombre d’habitants relativement faible augmente par l’afflux de touristes. Ainsi, des embouteillages monstres, les plages qui débordent, le va-et-vient incessant des masses de touristes dans les rues deviennent une véritable nuisance pour les habitants.

L’impact sur les sites classés et l’environnement

Le surtourisme a des impacts négatifs sur la conservation des sites classés au patrimoine mondial de l’humanité. En effet, plus les sites sont visités, plus ils se détériorent. Ainsi, menacées par le flot incessant de paquebots, les fondations sous-marines de Venise tremblent. L’île de Pâques, le mont Kilimandjaro, les tombeaux égyptiens, Angor… des sites uniques par leur beauté et leur valeur historique sont menacés de détérioration par le surtourisme.

Plus d’habitants, suppose également plus de déchets. Le surtourisme augmente drastiquement la quantité de déchets et soumet les sites et les villes à une plus forte pollution.

On ne démontre plus l’engouement des touristes pour les belles plages ensoleillées et l’air pur des milieux naturels. Ceci n’est pourtant pas sans conséquence. L’écologie prend un coup, l’écosystème est bouleversé, les récifs coralliens se dégradent perturbant ainsi l’équilibre de la biodiversité. La surconsommation d’énergie générée par le surtourisme augmente la production des gaz à effet de serre.

La flore et la faune sont durement éprouvées. Les forêts disparaissent. La forte fréquentation dégrade la végétation et fait fuir les animaux de leur habitat naturel. Ces derniers sont aussi victimes de trafics ou sont tués par les autochtones pour la fabrication des objets d’art (cas des rhinocéros et des éléphants d’Afrique).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge